Œuvre

Œuvre

Arrivé à Paris le 1er janvier 1928, à l’âge de 23 ans, il fréquente les artistes de Montparnasse qui se réunissent au Dôme ou à La Rotonde mais ne participe pas aux mouvements qui vont aboutir à l’art moderne ou à l’art abstrait. Son inspiration vient de la Grèce archaïque, l’Égypte, le Gothique, la Renaissance italienne. Il fréquente assidûment les musées.

Entre 1934 et 1939, il fait la connaissance de Marthe Candal, un modèle qui lui inspirera plusieurs oeuvres. Il s’intéresse à la technique de la sculpture sur pierre et rencontre un technicien italien, Botti, qui sera toute sa vie un fidèle collaborateur. Ce dernier l’introduit dans l’atelier de Del Debbio, où un groupe d’artisans italiens sculpte des statues de saints pour les églises. Là, Gunnar Nilsson va s’exercer à tailler la pierre et le marbre.

Pendant la guerre, il reste à Paris sous occupation allemande. Il taille en marbre des têtes d’enfants, des statuettes de femmes, une maternité couchée.

Pendant cette période, il réalise le buste du Consul Général de Suède à Paris, Raoul Nordling, qui se trouve à l’Hôtel de Ville de Paris, celui de son ami, le sculpteur Carl Frisendahl, et celui de Lucien Maury qui est au Musée National de Stockholm. Il sculpte également deux bas reliefs en bois pour l’Église Suédoise Sainte-Sophie à Paris.

Après la guerre, il continue à réaliser des statues de jeunes filles. Ses modèles sont ses enfants, les enfants de ses amis, des étudiantes suédoises ou françaises. Il travaille également sur des animaux, des élans et des ours. Il fait les portraits des ambassadeurs Boheman et Westman, du romancier Roger Martin du Gard, du poète suédois Harry Martinson, du physicien et Prix Nobel, Alfred Kastler. Ces personnalités du monde littéraire et scientifique deviennent ses amis, surtout Roger Martin du Gard, dont il réalise sept bustes, entre 1947 et 1958.

Il fréquente les autres artistes figuratifs de la capitale française. En 1963, sous l’impulsion de la poétesse Juliette Darle, ils forment le « Groupe des Neuf » (Carton, Cornet, Damboise, Kretz, Indenbaum, Osouf, Corbin, Raymond Martin, Nilsson). Le groupe expose à la Galerie Vendôme, en janvier 1964. Il obtient un grand succès. Le « Groupe des Neuf » continue à exposer pendant plusieurs années (Terres Latines, au Musée Galliera, Formes Humaines, au Musée Rodin).